Aller au contenu principal du site
Prendre RDV
Une question ? Chattez avec nous !

Une question ? Chattez avec nous !

x
Webmarketing institut de beaute

Comment Balinea, Treatwell ou Planity impactent votre institut de beauté ?

Les hôteliers ont booking.com, les restaurateurs LaFourchette et les professionnels de la beauté ont depuis quelques années eux-aussi de quoi se distribuer en ligne via les plateformes telles que Balinea, Treatwell ou Planity.

 

Aujourd’hui, tout le monde y trouve son compte.

 

  • L’internaute a accès à un large panel de prestataires lui permettant de comparer et sélectionner un soin selon la localisation, la note et les disponibilités de l’établissement. Il navigue sur un site de confiance avec une expérience de navigation et de réservation efficace
  • L’institut de beauté / salon de coiffure profite d’une visibilité accrue et voit son taux de fréquentation augmenter.
  • La plateforme de réservation prélève une commission sur chaque vente effectuée à travers son site.

 

“Aujourd’hui les places de marché me garantissent tant de réservations par mois pourquoi devrais-je dépenser un budget dans un site web et l’acquisition de trafic (campagnes emailing, publicité google/Facebook…)”

 

C’est une question légitime que certains de nos clients et professionnels rencontrés lors de salons nous ont posée.

 

Pour y répondre, il suffit de regarder ce qu’il se passe actuellement sur le marché de l’hôtellerie. Au départ perçus comme un levier extraordinaire pour générer des réservations, les portails comme Booking.com ou Expédia sont vite devenus pour beaucoup d’hôteliers une source d’angoisse (perte de contrôle sur la relation client, commissions trop élevées...)

 

3 raisons de continuer ou de commencer à investir dans des canaux directs

 

Eviter la dépendance économique

 

En donnant la majorité de son chiffre d’affaires à un intermédiaire, on met tous ses oeufs dans le même panier. Résultat ? On se rend dépendant d’un tiers. Que se passe t-il si la commission que réclame ces portails augmente ? Dans l’hôtellerie, certains établissements font plus de 50% de leur chiffre d’affaires avec Booking. Alors quand celui-ci décide de ne plus donner les emails des clients qui réservent en ligne, ces hôtels ne peuvent pas décider de partir de chez Booking.com, ils sont obligés d’accepter tous les changements du portail qui peuvent être en leur défaveur, comme dans ce cas la perte de la relation client.

 

Demandez une démo

 

Baisser son coût d’acquisition

 

Les spas & instituts qui se distribuent via des marketplace connaissent le coût d’acquisition des clients via ce biais. Il s’agit tout simplement de la commission prélevée. Celle-ci peut aller jusqu’à 25% chez certaines places de marché.

 

Pour autant presque aucun professionnel ne sait dire combien coûte un client acquis en direct (via le site web, une campagne de publicité ou encore une newsletter…) C’est pourtant bien souvent un canal qui - bien maîtrisé - peut générer un retour sur investissement très intéressant avec un coût d’acquisition beaucoup plus faible que les commissions prélevées par les portails.

 

 

Ne plus se faire piquer son trafic dans Google

 

Sachant que 55%(1) des internautes ne font pas la différence entre résultats naturels et publicitaires et qu’ils sont plus de 36%(2) à cliquer sur le premier lien, les places de marché n’hésitent pas à acheter les mots-clés du nom de l’établissement pour capter le trafic Google des recherches sur votre d’établissement. Booking ferait ainsi plus de 20% de son chiffre d’affaires.

 

Lorsqu’un internaute tape votre nom d’établissement dans Google soit il est déjà client (il vous connaît) soit il vous a peut être repéré sur un portail mais souhaite trouver votre site pour avoir plus d’informations. Dans les deux cas il s’agit donc d’un visiteur potentiellement dans sa phase d’achat qui pourrait directement réserver chez vous via votre site web au lieu de le faire depuis une place de marché (avec une commission).

 

En faisant des campagnes publicitaires sur le nom de votre établissement, vous récupéreriez le trafic et la réservation en direct par exemple.

 

Bien entendu, l’enjeu n’est pas de supprimer ces places de marché qui peuvent être de bons canaux d’acquisition mais d’équilibrer le mix entre vos ventes indirectes et vos ventes directes.

 

Sources

(1) Ofcom - 2016

(2) Optify